Ville de Boisbriand
Partage

Où souhaitez-vous
partager cette page ?

Popup

Rechercher Fermer
Rechercher
Fermer
Menu
Que recherchez-vous ?
Rechercher Rechercher

Projet de réaménagement du parc Charbonneau : la demande de subvention est refusée

Communiqués / 10 février 2021

La Ville de Boisbriand a récemment été informée, par le ministère de l'Éducation, du refus de sa demande de subvention pour le projet de réaménagement du parc Charbonneau.

« Nous sommes évidemment très déçus de ce refus. Les équipements du parc Charbonneau, comme les chalets et les terrains de tennis, ont atteint leur durée de vie utile. Le réaménagement complet du parc représente un investissement important, mais il s’agit aussi d’un projet porteur puisque les nouvelles infrastructures incluraient des espaces adaptés où les activités spontanées seraient possibles, pour tous les âges, été comme hiver », souligne la mairesse Marlene Cordato.

Rappelons qu’en 2017, une vaste consultation citoyenne sous le thème « Dessine ton parc » avait permis à près de 1000 Boisbriannais de s’exprimer sur le choix des aménagements.

« Ce parc, nous l’avons imaginé collectivement en fonction des besoins réels et actuels des citoyens et de leur famille. Depuis le début de la pandémie, nous sommes à même de constater combien les gens apprécient les espaces verts et les parcs pour se promener, bouger et se divertir », ajoute Mme Cordato.

Recommandations de l’UMQ
Par ailleurs, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) vient de déposer ses recommandations auprès du gouvernement en vue du dépôt du budget du Québec 2021-2022, en mars prochain. Parmi celles-ci, on retrouve la bonification du programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives, afin qu’un plus grand nombre de projets structurants comme celui du parc Charbonneau puissent en bénéficier.

« Je salue l’initiative de l’UMQ et je suis d’avis que la relance économique de toutes les régions du Québec passe aussi par les investissements en infrastructures sportives et récréatives. Les municipalités doivent pouvoir mettre en œuvre des projets rassembleurs qui répondent aux besoins exprimés par la population », conclut-elle.