Imprimer Envoyer

Boisbriand contre la consigne des bouteilles de vin

Lors de la dernière séance du conseil, les élus municipaux ont voté unanimement pour une résolution d’appui à Tricentris, qui favorise la transformation du verre (micronisation) plutôt que la consigne des contenants à remplissage unique, plus spécifiquement les bouteilles de vin.

Tricentris a fait ses preuves dans le traitement et la valorisation du verre. D’ailleurs, c’est en toute confiance que RV2 Technologies, une filiale du Groupe Silicycle, a conclu un partenariat de 100 M$ sur 20 ans afin de recevoir de Tricentris quelque 30 000 tonnes de poudre de verre annuellement pour poudre de la silice brute. Cette seule initiative permettra de recycler plus de 25 % du verre issu de la collecte sélective.

« Grâce à son usine de micronisation, Tricentris traite déjà 77 % du verre recyclé. Le centre de tri, qui dessert Boisbriand, possède l’expertise et les installations nécessaires à la transformation du verre ici au Québec. J’invite les citoyens à continuer de déposer tous les contenants et bouteilles de verre dans leur bac de recyclage », indique la mairesse Marlene Cordato.

Le centre de tri estime que l’instauration d’un système de consigne se résumerait à développer un réseau de transport du verre à destination des États-Unis, et nécessiterait des investissements majeurs. Cette action ne viserait pas à stimuler l’économie circulaire comme peut le faire Tricentris en transformant cette matière. Depuis les cinq dernières années, les débouchés pour le verre micronisé sont nombreux. La poudre de verre, utilisée dans la composition du béton, de l’asphalte, du ciment et du terreau.

Mentionnons que Tricentris dessert 230 municipalités et traite 32 000 tonnes de verre par année. Ses décisions d’affaires doivent respecter sa mission environnementale et sociale.