Imprimer Envoyer

Maison Abraham-Dubois ; un legs aux citoyens

La mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato, désire faire le point sur la promesse de cession de la Maison Abraham-Dubois en faveur de la Ville, décriée par des conseillers indépendants.  

« Pour 1 $, la Ville fait l’acquisition de la Maison Abraham-Dubois évaluée à 681 700 $. Il ne s’agit pas d’une décision précipitée, mais d’une opportunité à saisir. Depuis longtemps, cette maison historique suscite un sentiment d’appartenance auprès des citoyens et des élus. Nous avons tous le désir de voir ce monument restauré, protégé et valorisé, car il est un important témoin du passé de Boisbriand. Nous avons la responsabilité de faire notre possible pour y parvenir », répond la mairesse.

À ce jour, la Maison Abraham-Dubois est le seul monument historique de Boisbriand inscrit auprès du ministère de la Culture. Elle y est citée depuis 2001. L’intention d’acquérir cette maison est un dossier datant de 2008. Depuis, il s’est retrouvé au programme triennal d’immobilisations. D’ailleurs, en 2011, près de 1 M$ avait été prévu pour l’achat de la maison et sa rénovation.

« Aujourd’hui, on parle de l’obtenir pour 1 $. Les chiffres le prouvent, nous sommes gagnants sur toute la ligne. Ce projet a toujours été appuyé par les membres de l’opposition et sans qu’aucune étude ne soit fournie durant ces années pour étayer les projections de coûts de rénovation. Nous assistons tristement à une utilisation électoraliste d’un dossier dont les données connues sont les mêmes que par le passé. Nous avons une vision d’ensemble pour les résidents du quartier et tous les Boisbriannais; c’est peut-être cela qui dérange les conseillers indépendants », affirme Mme Cordato.

La Maison Abraham-Dubois s’intégrera au projet de revitalisation du secteur annoncé plus tôt cette année, qui inclut, entre autres, la réfection d’une partie du ch. de la Grande-Côte et de l’aménagement des berges. Aussi, elle sera un complément idéal au pôle culturel, rendu possible par l’acquisition de l’église Notre-Dame-de-Fatima. Dès la transaction officialisée, la Ville fera une demande de subvention qui pourrait atteindre 50 % des coûts de rénovation du bâtiment patrimonial. Aussi avec l’acquisition de cette maison, Boisbriand rejoint ses voisines qui possèdent des maisons à grande valeur historique et préserve le patrimoine bâti.